• Post category:Colombie
  • Post last modified:19/08/2020

Faire un trek et dormir en hamac dans la jungle au départ de Leticia: exploration et découverte en pleine immersion dans l’Amazonie colombienne.

Où dormir à Leticia?

Je rentre à Leticia après une semaine époustouflante à Puerto Narino. Et je décide de ne pas remonter tout de suite à Bogotà mais de profiter encore un peu du temps que j’ai en Amazonie.

Je dors dans l’hostel Casa de las Palmas qui est plutôt pas mal. Il est propre et surtout dispose d’une piscine et d’un espace extérieur agréable pour manger.

Quelle agence choisir pour ton excursion?

 Sur les conseils d’une copine, je réserve trois jours et deux nuits de trek dans la jungle avec l’agence Selva Aventura. Je rencontre Stefany à mon hostel et elle souhaite se joindre à moi. Nous partons donc le lendemain pour trois jours d’aventure dans la jungle.

Nous rencontrons Gilberto qui nous emmène jusqu’à la réserve Açaï. C’est là où il habite dans une communauté avec sa famille. Mercedes, sa femme nous prépare à manger et je l’aide à préparer les poissons.

Trek dans la jungle

Après une petite sieste et une ballade sur le fleuve Tacana, nous commençons notre trek dans la jungle. Nous marchons en direction de notre premier campement avec les fils de Gilberto: Victor et Arnulfo.

Nous arrivons à notre premier campement au bord de la rivière. Tout d’abord, nous mettons en place le campement avant d’aller se laver dans la rivière et préparer à manger.

Observation de serpents et tarentules de nuit dans la jungle

Les garçons pêchent une tortue ce qui est apparemment assez difficile. Et la gardent pour que nous la mangions. Nous avons de la peine pour la tortue mais c’est ainsi en Amazonie on mange ce que l’on trouve dans la nature. Après tout il faut s’adapter à la culture… Ils lui préparent une petite plateforme pour pouvoir la transporter le lendemain…

Nous partons pour une marche de nuit où nous ne verrons pas énormément d’animaux mais bien assez à mon goût. Deux tarentules bien cachées dans leur nid, et un serpent corail noir et jaune que je n’ai pas eu le temps de prendre en photo. C’est apparemment l’un des serpent les plus mortels dont le venin contient un neurotoxique.

Nous observons la nature comme elle s’offre à nous durant cette nuit de pleine lune.

Se sentir toute petite face à l'immensité de la jungle

La nuit avant de m’endormir, je ne peux m’empêcher de penser au fait que nous sommes entourés de serpents, araignées et autres bestioles très dangereuses dans cette jungle immense. Ah et bien sûr de milliers de moustiques. Mais ressentir la force et la grandeur de la nature au milieu de la forêt amazonienne est un sentiment tellement particulier qu’il est indescriptible. C’est se sentir tellement petit et inutile à cette nature qui quoiqu’il en soit à tous les droits et heureusement!

Le lendemain matin c’est reparti pour une randonnée à travers la jungle afin de rejoindre notre nouveau campement. Entre chaleur pesante et humidité, nous sommes littéralement trempés de même que mes bottes qui se sont enfoncées trop profond dans la boue. Nous arrivons ensuite à notre nouveau campement que les garçons refont presque en entier en allant couper des arbres et des lianes, et en grimpant aux arbres.

Nous partons pêcher pendant qu’Arnulfo prépare le dîner avec le poisson pêché juste avant. Ma pêche ne sera pas fructueuse sauf si on parle de morceaux de bois …

Il est temps de se reposer avant ma dernière journée de trek et d’immersion dans la jungle. Au petit matin, de nouveau du poisson pour le repas… il faut bien manger et puis c’est bon. De plus nous avons droit à un magnifique spectacle qui me laisse sans voix tant c’est magnifique.

Rayon du soleil passant à travers la forêt

De nouveau une randonnée nocturne après le dîner surtout afin d’aller pêcher pour pouvoir manger le lendemain matin. Je ne pêcherais encore rien du tout mais heureusement, on ne comptait pas seulement sur ma performance… Nous éteignons les frontales pendant que nous pêchons et j’avoue que cela ne rassure pas vraiment. Nous rentrons avec notre butin pas moins de 7 poissons.

Apprendre à tisser comme les communautés indigènes

Les garçons créent un petit atelier tissage d’abord afin de créer un piège à poissons puis pour nous montrer comment se tissent les feuilles pour faire le toit des malocas.

Puis Arnulfo nous fait des petits sacs pour transporter nos bouteilles d’eau.

C’est au tour de Victor de s’en faire un pour transporter son sac qui durera jusqu’à notre arrivée à la maison familiale.

Je resterais impressionnée par le fait que la forêt contient tout ce dont l’homme nécessite. La nourriture, les plantes curatives, les arbres et les plantes pour créer maisons et objets utiles. Même si bien sûr elle est aussi hostile. Nous rentrons et profitons des derniers cadeaux que nous offre la nature.

Échanger avec la population locale

A notre arrivée, nous retrouvons Gilberto et sa famille, goûtons un délicieux poisson. Nous profitons des derniers moments pour discuter et passer du temps avec les enfants qui essayent de parler anglais. Gilberto me propose de revenir passer du temps avec eux. Il veut que je vienne faire un volontariat pour enseigner l’anglais aux petits, ce que j’ai bien envie de faire.

Nous rentrons à Leticia en bateau en passant par la maloca de la communauté où un des anciens nous explique les rituels du tabac et de la feuille de coca et ce qu’ils signifient pour eux.

Il est temps de dire au revoir à Gilberto et Arnulfo. Je suis triste de ne pas pouvoir rester mais une autre partie du voyage m’attend. Nous partons pour retrouver une amie et visiter Salento et l’Eje Cafetero.

L’Amazonie et ses communautés m’auront beaucoup touchées par leur grandeur, leur sérénité, leur savoir, leur gentillesse et leur envie de partage. C’est un lieu unique, pas pour les chochottes c’est sûr mais qui vaut tellement la peine d’être connu. J’en garderais un souvenir impérissable.

Invitation à Épingler sur pinterest
ÉPingle sur mon trek dans la jungle à Leticia
Tu as aimé cet article ? Hésite pas à lui laisser une note!
[Total: 0 Average: 0]
  • 7
  •  
  •  
  •  

La publication a un commentaire

  1. Partir Loin

    Waaaaw ça à l’air d’être une expérience incroyable.
    On adore ce genre de trek en petit comité qui permettent une immersion totale dans la nature et dans la culture locale.

    On en a fait pas mal en Asie et dans les montagnes au Pérou et en Bolivie.
    Par contre, la forêt Amazoniene, c’est un autre niveau.

    Bravo à toi d’avoir vécu quelques jours avec toutes ces bebetes.

    Antho et Maëva

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.