• Post category:Colombie
  • Post last modified:19/08/2020

Cali est une de ces villes vibrantes qui ne dort jamais. Le rythme entraînant de la salsa caleña prête à apprendre à danser et virevolter comme le font les danseurs sur la scène du Festival International de Salsa.

3ème ville de Colombie en terme de population, Cali est souvent connue pour son cartel et le fait qu’elle soit une ville dangereuse. Et pourtant, elle est tellement vivante et ses habitants tellement agréables et enthousiastes que j’y retournerai volontiers!

Que faire à Cali?

Randonner avec des locaux

J’arrive à Cali pour le weekend après 10 heures de bus de nuit. J’arrive à l’hostel Padma’s house très mignon et bon marché.

Tout d’abord, je contacte quelques personnes sur Couchsurfing qui m’invitent pour une randonnée le lendemain. Je ne sais pas trop dans quoi je m’embarque mais nous sommes une trentaine de personnes dont un groupe de randonneurs qui partent tous les dimanches.

En effet, ils sont très bien organisés et emmènent même les repas de midi pour ceux qui ont commandé. Résultat: une très belle randonnée agrémentée de 5 cascades où nous nous baignons et nous arrêtons pour manger avant de rentrer à Cali.

Goûter au champus et au cholado

Sur le chemin mes co-randonneurs s’arrêtent pour me faire goûter deux snacks de la région: le champus une boisson à base de lulo(fruit), maïs, ananas et panela (genre de sucre brun) bien consistant, ainsi que le cholado à base de fruits divers, de glace et de sirop (très très sucré).

Mes compagnons de randonnée sont tellement adorables qu’ils ne veulent pas que je paye. C’est fou comme les colombiens sont toujours heureux de recevoir et faire découvrir leur pays aux étrangers afin qu’ils en gardent un bon souvenir.

Faire le free walking tour et goûter le chontaduro

Je rencontre Sally, une anglaise et nous partons pour le free walking tour de la ville où nous visitons la cathédrale La Ermita, le centre ville et sa place Cayzedo ainsi que le parc El Gato.

Nous goûtons également au chontaduro, un fruit très particulier de la région qui a un peu goût de noix et de citrouille. C’est assez particulier mais très bon dans les salades.

Où dormir à Cali?

Nous changeons toutes les deux d’hostel pour aller à l’hostel El viajero. Il y a un cours de salsa gratuit tous les soirs, un cours de yoga gratuit trois fois par semaine, une piscine et possibilité de prendre des cours de salsa privés sur place. Et tout cela pour 30000 pesos la nuit autrement dit bon marché. Même si c’est un hostel très connu et un peu plus cher que d’autres, je considère cet hostel comme l’une des choses à faire à Cali.

Danser, danser et ... danser à la Topa Tolondra

Nous y rencontrons également Simon, un londonien avec qui nous sympathisons. Nous dansons environ 4 heures de salsa par jour entre les cours particuliers, les collectifs et la Topa Tolondra où nous sortons littéralement tous les soirs. C’est une vraie institution à Cali et tous les étrangers s’y retrouvent. Car c’est ici que les colombiens invitent le plus les étrangers à danser et c’est vraiment génial: je n’avais jamais danser comme cela de ma vie ni autant de soirs d’affilés.

Assister au spectacle Delirio

Quelques jours plus tard, pendant un cours collectif, l’hostel propose à deux « duos » de participer à une battle et nous tentons avec mon nouvel ami Simon et gagnons… Nous sommes invités le lendemain soir à nous rendre à l’extérieur de la ville au Delirio. C’est un genre de spectacle de salsa qui dure environ trois heures. Pendant les entractes, les colombiens se lèvent tous pour danser bien sûr. Et les danseurs viennent nous chercher pour nous faire danser également. C’est vraiment génial l’ambiance! Nous passons une très bonne soirée après avoir bien rigolé avec toutes sortes de déguisement et photos avant le spectacle.

Assister au Festival International de la Salsa

Mais, l’événement le plus important auquel nous avons la chance d’assister est le Festival Mondial de la Salsa. Car Cali est reconnue au niveau international comme capitale de la salsa. Ici, les caleños dansent la salsa cubaine. Par contre, ils y rajoutent un nombre impressionnant de pas qui sont très très rapides et donc difficiles à apprendre et à suivre mais magnifique à regarder. Nous assistons donc le matin aux cours gratuits prodigués par des professionnels. Et le soir, nous venons assister au championnat auquel participent les meilleures écoles de salsa du pays.

Essayer les différents bars à salsa de la ville

Nous continuons de sortir tous les soirs pour nous perfectionner et j’apprécie vraiment ces soirées c’est tellement agréable de sentir un progrès. Nous sortons aussi au bar Tintindeo ainsi qu’au Zaperoco mais retournons toujours à la Topa Tolondra. Il existe pourtant plus de 400 bars connus où se dansent la salsa à Cali.

Je sors également le dimanche soir au Mulato Cabaret. J’y retrouve Liliana, rencontrée pendant la randonnée du début de séjour à Cali et nous avons droit à un joli show de tango.

Faire un tour au marché

Le lendemain, nous faisons un petit tour au marché d’ailleurs très sympathique. Nous essayons le ceviche (genre de coktail de crevettes très typique de la côte pacifique).

Après une dernière soirée, il est pourtant temps de partir car cela devient une drogue. Mon corps est très fatigué. Je n’arrive pas à m’arrêter d’aller danser ce qui est assez fou.

Enfin, Cali restera également un endroit particulier pour moi et je reviendrai un jour c’est certain! Si vous aimez la salsa aucune excuse de ne pas y aller…

J’en profite que Simon descend vers l’Equateur pour l’accompagner et nous voilà partis pour Popayan après avoir tristement dit au revoir à Magdaleyner, Luis et Mickael: mes adorables professeurs.

Invitation à Épingler sur pinterest
Épingle sur Cali
Tu as aimé cet article ? Hésite pas à lui laisser une note!
[Total: 0 Average: 0]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.